• Jean Paul Barreaud | Martorana
  • Jean Paul Barreaud | Martorana
  • Jean Paul Barreaud | Visite guidate
  • Jean Paul Barreaud | Martorana
  • Jean Paul Barreaud | Martorana
  • Jean Paul Barreaud | Martorana
  • Jean Paul Barreaud | Cathédrale de Monreale

L'église de Martorana

Santa Maria dell’Ammiraglio

L'église de Martorana

Santa Maria dell’Ammiraglio

Il était d'usage que les Normands adoptent certaines bases administratives de tradition byzantine ou arabo-musulmane. Ainsi, entre le 11ème et le 12ème siècle, la figure de l'Amir el Bahr, c'est-à-dire "Amiral", a été quatre fois consécutives de culture grecque.

  • Durée

    3/4h | de 9h à 13h ou de 14h à 18h

  • Prix

    100€ | de 1 à 3 participants | 15€ par participant supplémentaire

Au temps de Roger II d'Altavilla, l’amiral s'appelait Georghios Antiochènes, Syriaque, dévoué à Marie et à son roi. Le long des murs de la Balarm normande, à proximité du port militaire, l'amiral construit un couvent basilien, dont il utilise une aile pour lui-même, bâti autour d'un jardin clos au centre duquel se dresse une admirable église.

Il ne reste que quelques traces de la structure originelle, mais suffisamment pour permettre de la comprendre :

Une tour de guet à un étage pour contrôler l'entrée. Deux autres élévations seront ajoutées par la suite;
l'église byzantine a été éventrée au XVIIe siècle pour l'ajout de nefs latines.
Le presbytère se trouve à l'intérieur de l'ancien couvent, utilisé au XXe siècle par l'Université comme siège de la Faculté d'architecture.

Notre visite de l'église de Santa Maria dell'Ammiraglio (ou Martorana) se concentre sur ce joyau célèbre dans le monde entier pour sa combinaison de mosaïques byzantines du XIIe siècle et de peintures flamandes de Wilhelm Borremans (1670-1744).

La Martorana offre le rare privilège de deux approches de la liturgie, grecque et latine, et nous devons à Borremans de s'être exprimé selon une tonalité de la Renaissance tardive dans le plus grand respect des ornements médiévaux.

Pour toute information, réservation, demande spéciale et pour tout besoin, écrivez-nous en utilisant le formulaire de contact ci-dessous.

1 + 1 = ?

Il était d'usage que les Normands adoptent certaines bases administratives de tradition byzantine ou arabo-musulmane. Ainsi, entre le 11ème et le 12ème siècle, la figure de l'Amir el Bahr, c'est-à-dire "Amiral", a été quatre fois consécutives de culture grecque.

  • Durée

    3/4h | de 9h à 13h ou de 14h à 18h

  • Prix

    100€ | de 1 à 3 participants | 15€ par participant supplémentaire

Au temps de Roger II d'Altavilla, l’amiral s'appelait Georghios Antiochènes, Syriaque, dévoué à Marie et à son roi. Le long des murs de la Balarm normande, à proximité du port militaire, l'amiral construit un couvent basilien, dont il utilise une aile pour lui-même, bâti autour d'un jardin clos au centre duquel se dresse une admirable église.

Il ne reste que quelques traces de la structure originelle, mais suffisamment pour permettre de la comprendre :

Une tour de guet à un étage pour contrôler l'entrée. Deux autres élévations seront ajoutées par la suite;
l'église byzantine a été éventrée au XVIIe siècle pour l'ajout de nefs latines.
Le presbytère se trouve à l'intérieur de l'ancien couvent, utilisé au XXe siècle par l'Université comme siège de la Faculté d'architecture.

Notre visite de l'église de Santa Maria dell'Ammiraglio (ou Martorana) se concentre sur ce joyau célèbre dans le monde entier pour sa combinaison de mosaïques byzantines du XIIe siècle et de peintures flamandes de Wilhelm Borremans (1670-1744).

La Martorana offre le rare privilège de deux approches de la liturgie, grecque et latine, et nous devons à Borremans de s'être exprimé selon une tonalité de la Renaissance tardive dans le plus grand respect des ornements médiévaux.

Pour toute information, réservation, demande spéciale et pour tout besoin, écrivez-nous en utilisant le formulaire de contact ci-dessous.

1 + 0 = ?

Autres visites guidées